1. Fac For Pro
  2. Actualités
  3. L’installation de l’avocat – Introduction

L’installation de l’avocat – Introduction

Textes de référence

 

La profession d’avocat est une profession réglementée soumise à des règles professionnelles et déontologiques strictes principalement régies par la Loi n°71-1130 du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques, par le Décret n° 91-1197 du 27 novembre 1991 organisant la profession d’avocat et le Décret n°2005-790 du 12 juillet 2005 relatif aux règles de déontologie de la profession d’avocat.

 

Vocatus ad ! Appelé pour assister autrui en justice et servir les justifiables, l’avocat est aujourd’hui protéiforme, sa profession subit une tension paradoxale qui en fait sa spécificité passionnante : profondes mutations et permanence des règles.  

 

 

Cette tension est d’actualité, notamment du fait de la rapidité de ces mutations, et des prétendus heurts entre celles-ci et une profession qui serait attachée à ses missions traditionnelles.

 

Ces mutations, qui représentent aujourd’hui l’un des plus grands défis que la profession ait eu à surmonter, se traduisent depuis plus de deux décennies par des changements structurels et conjoncturels majeurs : globalisation des services juridiques, avènement du numérique, évolution de l’offre et de la demande…

 

Pour ne citer que quelques exemples, les effectifs de la profession ont été multipliés par deux, nous connaissons une croissance annuelle constante d’environ 4 %, ou encore un taux de féminisation significatif qui a franchi la barre des 55 %.

 

Il en résulte que la dichotomie traditionnelle entre l’avocat conseil et contentieux est largement dépassée de nos jours : l’avocat est désormais tout à la fois agent sportif, expert, arbitre, enquêteur, lobbyiste ou formateur, là où près des deux tiers des personnes confrontées à un problème juridique essaient de la résoudre en cherchant une réponse sur un moteur de recherche.

 

Il devient, par choix ou par nécessité, un stratège différenciant assisté par des Legal Tech qui sont en train de changer l’appréhension traditionnelle de son métier.

 

Il doit s’adapter à la réalité de concepts qui sont plus familiers des écoles de commerce que de la faculté de droit, tels que l’expérience client – qui, dans la plupart des cabinets d’avocat, est à peu de choses près la même depuis 50 ans ! – les parts de marché, la visibilité de son cabinet, le développement de sa clientèle par le biais du brand content.

 

Les changements sont profonds. Ils interrogent, ils bousculent et interpellent l’ensemble d’une profession qui doit rester attractive, concurrentielle et performante.

 

Ils ne doivent cependant pas annihiler une autre réalité fondamentale qui est la nécessité de préserver nos règles : l’avocat se distingue en sa qualité d’expert du droit, il est le dépositaire d’une éthique fondée sur sa déontologie et sur des pratiques professionnelles encadrées qui le soumettent à des obligations précises.

 

La permanence des règles auquel il est soumis -il doit notamment prêter un serment professionnel et être inscrit sur une liste officielle- sont sans nul doute le gage de sa pérennité et de sa crédibilité.

 

 

Tout avocat fait partie d’un ordre, garant du respect des obligations juridiques et éthiques qui l’incombent. Il se soumet volontairement aux règles applicables à sa profession, il peut être sanctionné s’il ne les respecte pas, tant dans sa pratique que dans ses relations professionnelles et extraprofessionnelles.

 

Or il est parfois difficile, lorsqu’on vient de prêter serment ou que l’on souhaite envisager l’ouverture de son cabinet, de s’y retrouver dans les méandres des obligations et des démarches à effectuer.

 

Nous nous proposons ainsi quelques brèves qui ont pour objet d’exposer succinctement et pratiquement les choix et les obligations qui pèsent sur l’avocat lors de son installation.